SuperSuper

Un labyrinthe à deux tours dans lequel deux dés-sirènes jouent des combinaisons. (inspiré de Le nombre et la sirène de Q. Meillassoux.)

[2018, performance]

Fondé sur la recherche du nombre ultime ainsi que sur les principes de résonance du corps dans l’espace et de projection dans le numérique, SuperSuper est un triptyque composé de Super8, Super réalité et Super N64. Corps, son et image sont ici modelés et articulés par un système de localisation. Les mouvements et déplacements des interprètes échafaudent peu à peu un monde parallèle, un espace augmenté, sorte de base de données. Une forme de surveillance opère sur les protagonistes, les maintenant prisonnières du jeu dans lequel elles évoluent, pour aboutir finalement à une relecture de Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé. Projet synthèse réunissant toutes les préoccupations artistiques de Line Nault, SuperSuper s’érige autour de systèmes, de codages, de flux génératifs, de mouvements et de mots – le mouvement qui parle et les mots qui bougent – qui catapultent les éléments physiques, sonores et visuels dans des zones où la perception est complètement transfigurée.

CRÉDITS

Un projet de Line Nault créé en étroite collaboration avec :
Jessica Serli et Audrey Bergeron – interprétation
Alexandre Burton – système interactif sonore et visuel
Simon Guilbault – lumière et scénographie
Elen Ewing – costume
Éric Forget – conseiller artistique

Avec des extraits de textes d’Albert Low dans Super Réalité,  le texte Un coup de dés jamais n’abolira le hasard de Mallarmé dans SuperN64 et le texte de Line Nault dans Super8

SuperSuper a été rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des Arts du Canada.

Une co-production de Recto-Verso et du studio Artificiel.

Résidences de création: Recto-verso, Artificiel et  Agora de la danse

Remerciements: Julie Chaffarod, Jimmy Lakatos et Karine Denault et Ariane Plante. Toute l’équipe de Recto Verso et de l’Agora de la danse.

 

PRÉSENTATIONS

Mois Multi 2018 (Québec) – le 8 et le 9 février 2018

Agora de la danse (Montréal) – les 17, 18, 19 et 20 octobre 2018

Projet synthèse où les penchants de Line Nault sont mis en avant plan. Penchant maniaque du système, du codage et du génératif qu’elle a développé dans Na (2002), Revenir en avant (2004), et l’Espace des autres (2005). Penchant pour l’interstice, où le mouvement parle et le mot bouge (intention qui se retrouve dans la plupart des projets de Line Nault). Puis l’interstice où le corps, le son et l’image sont passés dans un filtre, sorte de lutherie numérique (créé pour chaque projet ) qui les transcende et les catapulte dans des zones où la perception n’est plus affirmée, où l’Objectif et le Subjectif sont avalés par un méta-langage.

Teaser SuperSuper

Line Nault parle de SuperSuper - Mois Multi : Les arts multidisciplinaires démystifiés # 4

Previous

Next